Il n’y a rien de plus embarrassant que de se retrouver coincé dans un aéroport pendant des heures à ne rien faire. Bien entendu, le plus simple serait de mettre en marche son ordinateur portable ou sa tablette, disposer d’une connexion WiFi gratuite, et accéder au net.

Le problème c’est que ce n’est pas toujours aussi évident, notamment parce que le WiFi n’est pas nécessairement gratuit dans tous les aéroports. Et dans beaucoup de ceux qui proposent une offre gratuite, la restriction imposée sur le temps d’utilisation (parfois juste quelques minutes) et/ou sur le débit, en plus de la contrainte consistant à faire...subir des pages publicitaires à l’usager, font qu’il est utile de connaître quelques astuces pour parer à ces désagréments.

Conseils préliminaires

D’abord, et en cas d’urgence, il est judicieux d’essayer de se connecter à l’internet avant même d’accéder à l’aéroport. Il faudra bien sûr vérifier s’il n’y a pas de commerces (cafés, restaurants, boutiques…) dans les parages de l’aéroport qui offrent du WiFi gratuitement. Ensuite, une fois à l’aéroport, et dans le cas où il y a un accès au WiFi gratuit, mais limité, il serait sage de l’exploiter à des fins utiles telles que la consultation des messages électroniques, l’envoi d’un email, l’obtention de renseignements concernant le vol, etc.

Salon 1ère classe

Au cas où l’aéroport ne dispose pas de WiFi gratuit, ou si le temps alloué au gratuit s’avère insuffisant, une bonne astuce est de repérer le salon réservé aux voyageurs de première classe et de s’en rapprocher le plus possible. En effet, ce genre de salon offre toujours, entre autres services, une connexion WiFi gratuite couvrant la totalité de l’enceinte et même débordant légèrement à l’extérieur. Comme, le plus souvent, il s’agit d’une connexion à haut (ou très haut) débit et sans mot de passe, c’est là une aubaine à ne pas rater.

À la manière des hackers?

Un autre truc, développé plutôt par des hackers, consiste à tromper la page d’invite du WiFi payant en ajoutant l’extension « ?.jpg » à la fin d’une adresse url donnée, laissant croire au chargement d’une image. Pour automatiser l’opération à toutes les pages web, certains utilisent un script de Greasemonkey qui peut être ajouté en guise de « add-on » à Firefox, par exemple. Ce truc ayant déjà circulé depuis quelques années, il n’est pas sûr qu’il soit encore valide pour tous les opérateurs, ni même qu’il soit légal. Nous le mentionnons ici uniquement à titre d’information.

Le tunnel VPN

Enfin, une autre option un peu plus avancée, mais ayant donné beaucoup de succès, revient à utiliser un service de tunnel VPN/SSH. La plupart des aéroports ne bloquent que le port 80 (trafic Web en général), et par conséquent il est possible de se connecter gratuitement via d’autres ports. Cette méthode nécessite des profanes de faire une petite recherche Google pour savoir comment créer son propre serveur VPN ou, sinon, utiliser les services d’un fournisseur de VPN.


Accès internet gratuit :

Accès WiFi gratuits à l’aéroport de Beauvais
Accès WiFi gratuits à l’aéroport Roissy Charles de Gaule

Photo par Arkangel (Creative Commons)